Tendresse

A la femme qui s’est accroupie
Et qui a consacré sa vie
Au jeune handicapé moteur
A celle qui a mis un point d’honneur
A n’pas céder à son patron
Qui s’les tapait toutes ce gros con
A celle qui a préféré
Draguer un mec paumé
Et qui a su l’aimer


Car tendresse bordel
C’est à croire que tu es une chienne
En jetant l’adresse
Des timides, des moches, des modestes
Et des solitaires
Qui se morfondent dans leurs galères


Tendresse j’t’interpelle
Pour les exclus des p’tites caresses
Tant d’femmes qu’on délaisse
Qu’on n’sait pas voir et qu’on agresse
Tant d’hommes oh tristesse
Qui n’font pas partie de la fête

A l’abbé qui a profané
Envers Dieu sa fidélité
Pour une secrétaire dévouée
A l’être humain incarcéré
Depuis dix ans dans sa cellule
Et qu’un parfum de femme exulte
A l’artiste dans l’exil
D’puis longtemps sur la liste


Car tendresse bordel
C’est à croire que tu es une chienne
En jetant l’adresse
Des timides, des moches, des modestes
Et des solitaires
Qui se morfondent dans leurs galères


Tendresse j’t’interpelle
Pour les exclus des p’tites caresses
Tant d’femmes qu’on délaisse
Qu’on n’sait pas voir et qu’on agresse
Tant d’hommes oh tristesse
Qui n’font pas partie de la fête

A tous ceux qui n’ont eu pour choix
Que vivre loin de la noblesse
De tes manières, de tes émois
Aux allocataires d’la misère
A ces trop nombreux tributaires
De temps de souffrances câline


Car tendresse bordel
C’est à croire que tu es une chienne
En jetant l’adresse
Des timides, des moches, des modestes
Et des solitaires
Qui se morfondent dans leurs galères


Tendresse j’t’interpelle
Pour les exclus des p’tites caresses
Tant d’femmes qu’on délaisse
Qu’on n’sait pas voir et qu’on agresse
Tant d’hommes oh tristesse
Qui n’font pas partie de la fête

D. Léonie