La complainte du pêcheur

En voyant au large les bateaux
Sur le p’tit port où les oiseaux
Donnent l’envie d’aller au lointain
Quitter la terre et c’qui retient

On rêve d’être un vrai marin
Comme le grand Michel Desjoyaux
Pour voir la mer, les méridiens
Où les poissons ont le sang chaud

Les longs cachalots, les dauphins
Passer le Cap Horn, les Malouines
Et revenir vers l’Atlantique
Pour amarrer tout près d’Porniche


Moi ‘suis pas matelot
J’flipe sur les bateaux
J’pêche la truite dans les ruisseaux
S’il faut hisser la voile
Pour choper les maqu’reaux
Kenavo ar wech all je suis de trop

Un d’mes aïeux qu’était breton
Prenait la mer, les horizons
Pour aller pêcher à temps plein
Les baleines d’l’Océan Indien

Il ignorait ce bourlingueur
Qu’un de ses descendants farceur
Au bord d’un plan d’eau sans un vent
Se risquerait bien tranquillement

A pêcher la truite, le saumon
En guise de tempête, d’espadon
Casquette de marin, tout d’un pro
Un vrai loup d’mer pour l’apéro


Moi ‘suis pas matelot
J’flipe sur les bateaux
J’pêche la truite dans les ruisseaux
S’il faut hisser la voile
Pour choper les maqu’reaux
Kenavo ar wech all je suis de trop

L’homme domin’ra jamais la mer
Elle peut la jouer à l’envers
Toutes les meilleures techniques connues
Un jour ont bien été vaincues

Respect à ceux qui jouent leur peau
A plus de dix noeuds sur un rafiot
Et ceux qui n’le soupçonnaient pas
Comme les noyés du Concordia

Hommage aux milliers de marins
Au bout du compte qu’ont vu la fin
A ceux d’la Méduse à Cola
Et La Peyrouse qu’on r’trouva pas


Moi ‘suis pas matelot
J’flipe sur les bateaux
J’pêche la truite dans les ruisseaux
S’il faut hisser la voile
Pour choper les maqu’reaux
Kenavo ar wech all je suis de trop

En transport pour casser sa pipe
L’avion, la voiture, la moto
Sont plus efficaces et réglos
Et comme tout un chacun j’m’y risque

Pour être un peu plus optimiste
J’avoue qu’parfois j’monte en bateau
Mon estomac tient bien le rythme
J’ai même pêché au lamparo

D’ailleurs j’vais m’acheter un bateau
D’quatre mètres et un moteur costaud
Mais je voguerai pas loin d’la côte
Pour vite rentrer si ça déconne


Moi ‘suis pas matelot
J’flipe sur les bateaux
J’pêche la truite dans les ruisseaux
S’il faut hisser la voile
Pour choper les maqu’reaux
Kenavo ar wech all je suis de trop

D. Léonie