La chimère

Ignorant les sites
Des foires aux pétasses
Où chacune s’exhibe
Comme un oiseau en cage
Elle prendra les pistes les plus escarpées
Pour venir douc’ment me solliciter
Moi je fermerai
Alors enfin la page
D’une solitude
Singulière, un naufrage
Prenant la main tendue et délaissée
Que l’amour bienveillant m’aura gardé
Elle m’emmènera en toute simplicité
Ou restera une chimère à jamais

Elle me sourira
De son frêle visage
Et m’invitera
Au creux de ses ombrages
Pour me confier les secrets du passé
Puis tendrement sur mon torse apaisé
Laiss’ra reposer
Sa tête enivrée
De rêves cachés
Que je devinerai
Faisant de moi son exclusivité
Alors j’acquiess’rai à ses volontés
Elle brisera ma folle vanité
Ou restera une chimère à jamais

Elle qui aura mis
Bien du temps, fugace
En jouant sa vie
Sur des terres d’impasse
Pour chercher le Graal de la vérité
Que j’lui aurai depuis longtemps gardé
Et je lui donnerai
Chaque jour le courage
De braver toutes les
Tempêtes et les orages
L’amour étant ce feu à attiser
Pour qu’il ne puisse jamais s’arrêter
Elle me déliv’ra de ma liberté
Ou restera une chimère à jamais

D. Léonie